Poulet de Bresse – Johan Morand

Kilomètre 3649 : L’attaché de Bresse

Lorsqu’il s’approche du poulailler, Johan Morandn’oublie jamais de frapper avant d’entrer. Derrière la porte, des poussins de huit jours. Leurs premières plumes blanches apparaissent. Ces petits individus proviennent du Centre de Sélection de Béchanne, en Bresse. « Chaque éleveur travaille avec le même poussin » rappelle Johan, fils et petit-fils d’éleveurs.

Si la souche est identique, comment expliquer l’attribution des récompenses aux Glorieuses, les concours de volailles de Bresse ? Il est question de terroir, définitivement. Johan utilise une analogie frappante : « La volaille de Bresse, on peut vraiment la comparer à un vin ». D’ailleurs, pour son premier millésime, il a décroché le Grand Prix d’Honneur en poulettes pliées.

Ce prix décore celui qui, dans une autre vie, prenait trois mois de congés sans solde pour prêter main forte à la ferme. Aujourd’hui, ce sont des milliers de poulets, poulardes et chapons qui caquettent sur ses terrains. Johan leur offre le blé et le sarrasin qu’il cultive ainsi que de vastes étendues enherbées. Il y aurait tant à dire sur ce jeune éleveur studieux et tranquille.

 

Les conscrits ont fait la fête

Ce samedi, 74 convives se sont retrouvés pour partager le banquet des conscrits de la classe en 3 et en 8 placée sous le signe de la bonne humeur et la convivialité.

Au programme : défilé accompagné par la fanfare de Bantanges, commémorations avec le dépôt de gerbe aux monuments aux morts et photos souvenirs, apéritif, banquet. Le reste de la journée était placée sous le signe de la fête aux accords du rigodon.

SÉCURITÉ ROUTIÈRE – Après les travaux du gazoduc, place à la réfection des routes abîmées

Les travaux du gazoduc arrivant dans sa phase de finition, l’entreprise GRT Gaz va procéder d’avril à fin mai à la réfection des routes abîmées par le passage des engins de chantier.

 

«Nous sommes dans les finitions du chantier du gazoduc, se réjouit Rodolphe Libosvar, directeur du projet de la construction du chantier. Nous sommes très satisfaits de la manière dont se sont déroulés ces travaux. Nous avons tenu tous nos engagements en termes de délai. Les tubes sont en gaz basse pression. On attend l’autorisation de la Dreal (Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement) pour une mise en service qui devrait se faire en novembre. »

En attendant l’épilogue de ce chantier qui a commencé au printemps 2017, GRT Gaz va pouvoir honorer l’un de ses engagements : la réfection des routes. « Nous avons fait constater par un huissier l’état des routes avant notre passage et nous rendrons les routes telles que nous les avons trouvées, affirme le directeur de projet. Il est difficile de quantifier le nombre de kilomètres que nous allons refaire, car dans certains nous referons la couche de roulement, dans d’autres, nous allons juste combler les ornières et les affaissements

De début avril à fin mai
Cette opération devrait commencer début avril, « en fonction des aléas de la météo », et se terminer fin mai. En sachant que des travaux ont déjà été réalisés, comme à Palleau, commune où est implantée la station d’interconnexion. « Dans certains endroits où le trafic était concentré, les routes ont été plus touchées. Dès qu’il y a eu un risque pour la sécurité, nous sommes intervenus », assure Rodolphe Libosvar.

Nous avons fait constater par un huissier l’état des routes avant notre passage et nous rendrons les routes telles que nous les avons trouvées.

Rodolphe Libosvar, directeur du projet de construction

REPÈRE

Le chantier
La canalisation Val de Saône, qui reliera Étrez (Ain) et Voisines (Haute-Marne) sur 188 km, a pour objectif de sécuriser l’approvisionnement en gaz du sud de la France et de créer un tarif unique sur le territoire.

19 communes traversées en Bresse et dans le Chalonnais
Les communes de Bantanges, Bragny-sur-Saône, Branges, Ciel, Diconne, Juif, La Chapelle-Naude, Les Bordes, Ménetreuil, Montpont-en-Bresse, Montret, Palleau, Saint-Didier-en-Bresse, Saint-Martin-en-Bresse, Serrigny-en-Bresse, Sornay, Thurey, Vérissey et Villegaudin sont concernées par le tracé. Mais les routes empruntées par les engins de chantier couvrent un périmètre plus large.

500 ouvriers au plus fort du chantier
Sur le tronçon qui relie Étrez (Ain) à Palleau, environ 500 personnes ont travaillé sur le chantier au plus fort des travaux, qui sont menés par le groupement d’entreprise Spac/Denys.

Home des Jardins en Saône et Loire

Horaire d’ouverture
Ouvert du lundi au vendredi de 8h à 19h
Le samedi sur rendez-vous

Créée en l’an 2000, l’entreprise Home des jardinsest installée à Bantanges entre Louhans et Tournus (71, Saône-et-Loire), en plein cœur de la Bresse bourguignonne.
Dirigée par Laurent Perrin, avec bientôt 20 ans d’expérience, et animée par des collaborateurs diplômés et passionnés, Home des jardins dessine, construit et entretien tous les types de jardins.

Déplacement sur les départements 71, 01, 39

Au fil des années, l’entreprise s’est dotée d’équipements spécifiques et performants pour devenir entièrement autonome et maîtriser en totalité la qualité de ses prestations.

Notre showroom extérieur est ouvert au public pour être plus proche de vous. Venez nous rencontrer et visiter notre showroom sans rendez-vous !

17 ans passés, avec expérience, assurance et références, Home des jardins est à votre service pour réaliser les travaux suivants :

  • Entrées et portails
    (pilier en brique, béton, pierre, alu),
  • Maçonneries paysagères (murets, pavages, dallages, terrasses, bordures, dalles en béton),
  • Les enrobés à chaud (noirs ou rouges),
  • Les clôtures (souples, rigides, bois, fer, alu),
  • Terrassements de cours, de voies de circulation,
  • Engazonnement toutes surfaces et arrosage automatique,
  • Création de bassins aquatiques,
  • Simulation informatique et plan 2D,
  • Tous types d’entretien
    (taille, tonte, broyage, élagage, abattage…),

BANTANGES – PATRIMOINE Pour restaurer l’église, « nous avons fait un effort financier énorme »

Lors de la tempête de 2014, l’église avait subi de nombreux dommages. La toiture avait été partiellement détruite et des infiltrations d’eau avaient causé des dégâts au plafond et surtout à la fresque. Si des travaux de consolidation avaient pu être réalisés dans l’urgence, la fresque a été rénovée tout récemment par une spécialiste des Monuments de France qui s’est attelée à ce travail minutieux et coûteux (20 000 € les 2 m²) durant un mois et demi. Par ailleurs, les plafonds ont été entièrement replâtrés et isolés (pour un montant de 10 000 €). Ces travaux ont été couverts par les assurances.

La toiture autofinancée

Quant à la toiture du corps principal, de la nef et du chœur, elle a été entièrement refaite avec des matériaux de qualité (pour un coût de 45 000 €) afin de ne pas dénaturer ce monument du début du XVIIIe  siècle. Réalisés en autofinancement, ces derniers travaux ont été possibles grâce à la réserve d’argent que la municipalité s’est constituée ces trois dernières années.

Le maire Jean-Michel Reboulet explique : « Il était important pour la municipalité de rénover et redonner son éclat à ce bel édifice. Nous avons fait un effort financier énorme pour réaliser ce projet. »